Communiqué de presse conjoint - APD française... [fa]

Communiqué de presse conjoint - APD française 2015

Ministre des Finances et des Comptes publics
Ministre des Affaires étrangères et du Développement international
Secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie

Le Comité d’aide au développement de l’OCDE vient de publier les chiffres préliminaires de l’aide publique au développement (APD) pour l’année 2015. L’APD française s’établit à 8,3 milliards d’euros soit 0,37% du revenu national brut (RNB), après 8 milliards d’euros en 2014.

La France est l’un des principaux bailleurs mondiaux. D’après les estimations préliminaires notifiées à l’OCDE, la France est le cinquième bailleur mondial d’APD en volume, derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Japon.

La mobilisation de la France en faveur des pays les plus pauvres est en progression. La part des pays les moins avancés (PMA) dans l’aide bilatérale de la France s’établit ainsi à près de 22%, ce qui représente une augmentation de 3 points par rapport à 2014.

Après avoir pris sa part dans les grandes échéances internationales de l’année 2015 sur le développement durable (Conférence d’Addis-Abeba, Agenda 2030 et Accord de Paris sur le climat), la France met en œuvre avec détermination ses engagements et accroît sa mobilisation dans la lutte contre la pauvreté. Entre 2013 et 2015, l’AFD a contribué à la scolarisation de 2,6 millions d’enfants au primaire et au collège, à l’accès de 3,8 millions de personnes à une source pérenne d’eau potable, ainsi qu’appuyé le développement de 150 000 petites entreprises.

Avec la mise en œuvre des engagements pris en 2015 par le Président de la République lors de l’Assemblée générale des Nations Unies, la France va augmenter de 4 milliards d’euros ses financements publics sous forme de prêts de l’AFD en faveur du développement durable d’ici à 2020, dont la moitié en faveur de la lutte contre le changement climatique. Parallèlement, la France augmentera les dons de l’ordre de 400 millions d’euros d’ici à 2020.

Cette trajectoire financière à horizon 2020 doit contribuer à replacer la France sur le chemin de l’objectif des 0,7% du PIB d’ici à 2030./.

Michel SAPIN
Ministre des Finances et des Comptes publics

André VALLINI
Secrétaire d’Etat au développement et à la Francophonie

Jean-Marc AYRAULT
Ministre des Affaires étrangères et du Développement international

Publié le 14/04/2016

haut de la page