Coopération franco-afghane dans le domaine de la sécurité intérieure [fa]

JPEG
Une délégation composée du Major-Général Noorullah Zal, chef de l’Académie de formation des officiers de la police nationale afghane et du Colonel Amit Shah, chef de l’Agence de Formation du Contre Narcotique (CNTA) appuyée par Ali Mohammad Ahmadi, interprète, et accompagnée de l’attaché de sécurité intérieure adjoint du Service de Sécurité Intérieure s’est rendue en France du 20 au 25 avril 2015.

L’objet de ce voyage d’étude était de présenter la formation initiale ou continue des différents corps de policiers et gendarmes français. A cette occasion, ils se sont rendus dans des écoles de formation, notamment l’École Nationale Supérieure de Police à Saint Cyr, l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale et l’Ecole Nationale de Police.

Ces rencontres permettront de faciliter l’envoi d’officiers afghans maîtrisant la langue française dans les écoles de Police et Gendarmerie. Pour cela, une sélection de futurs postulants devrait être effectuée dès l’entrée à l’Académie à Kaboul, la plupart provenant de lycées afghans où le français est enseigné. Des formations supplémentaires pourraient également être dispensées à Kaboul ainsi qu’un soutien aux tests destinés à leur admissibilité en France. Les responsables des établissements professionnels français se sont montrés très intéressés par la formation à l’avenir de policiers afghans.

Un échange sur la problématique du trafic des stupéfiants et la formation des policiers chargés de sa répression était organisé à l’Office Central pour la Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants de la Direction Centrale de la Police Judiciaire.

Le 24 avril, la délégation était reçue au sein de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Le sénateur Jacques GAUTIER, vice-président de la commission des Affaires Etrangères et de la Défense, vice-président du groupe d’amitié franco-afghane, avait organisé une réception particulière de nos invités afin de faire le point sur les différentes actions passées et à venir effectuées par le Service de Sécurité Intérieure. Il a particulièrement rappelé que la France était très attachée au traité d’amitié franco-afghan signé en 2012 et qu’elle soutenait la poursuite de la coopération sécuritaire entre les deux pays.

Publié le 13/05/2015

haut de la page