Impressions d’un jeune lieutenant afghan en France. [fa]

« Arrivant bientôt à la fin de ces 4 années de formation, voilà comment je définis mon apprentissage de lieutenant :
Alors que j’étais en première année à l’académie militaire du Maréchal Fahim à Qargha (National Military Academy of Afghanistan), j’ai pu passer le concours des écoles de formation initiale des officiers de Coëtquidan. Une fois réussi ce difficile concours entièrement en français, j’ai rejoint la prestigieuse école spéciale militaire de Saint-Cyr où j’ai consacré trois ans de ma vie pour enrichir aussi bien mes connaissances militaires qu’académiques. A l’issue de cette formation initiale, je suis parti à l’école d’application de l’infanterie à Draguignan pour approfondir mes connaissances militaires et tactiques. Maintenant que je suis presque au bout de mon séjour en France, je me rends parfaitement compte à quel point je suis chanceux d’avoir pu faire autant de choses en si peu de temps.

JPEG
à Paris, en grande tenue du 2° Bataillon de l’ESM Coëtquidan

En plus d’apprendre énormément dans de nombreuses matières différentes pendant mes études, j’ai eu la chance de visiter plusieurs grandes villes et sites historiques dans tout le pays, de faire des stages en Guyane française, à Djibouti et bientôt au Sénégal, ainsi que de visiter plusieurs pays européens. Quelle chance à 24 ans d’avoir déjà pu fouler des pieds quatre continents du monde et découvrir ainsi tant de choses intéressantes.

JPEG
à Djibouti

Bien sûr, il y a eu des moments difficiles et même très difficiles à cause de la langue étrangère, des coutumes différentes et de l’éloignement de ma famille, mais je suis resté toujours très motivé pour enrichir au maximum mes connaissances dans le but permanent d’apporter à mon retour le plus possible d’enseignements à mon pays, l’Afghanistan, qui en a tant besoin.

JPEG
En Guyane française pendant le stage au Centre d’entraînement en forêt équatoriale (CEFE)

Tous ces efforts et ce travail m’ont permis d’être diplômé d’un master en Relations Internationales, de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr et bientôt de l’école d’infanterie, ainsi que de détenir de nombreuses qualifications militaires avec les stages de moniteur des techniques commandos, en forêt équatoriale ou de parachutisme.

Avant de finir, j’aimerais souhaiter la stabilité politique, économique et sociale pour mon peuple afin de faire avancer l’Afghanistan vers la voie de la paix après tant d’années de guerre.

Enfin, je tiens à remercier la France et les militaires français qui ont servi et qui servent encore en Afghanistan pour leur engagement au côté des forces de sécurité, avec une reconnaissance particulière pour tous les soldats français tombés au champ d’honneur pour mon pays.

Vive l’amitié franco-afghane. »

Lieutenant N.

JPEG
en visite à l’Assemblée nationale française

Publié le 06/04/2016

haut de la page