Intervention du GERES dans les milieux urbains et ruraux [fa]

JPEG

Le GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités), ONG française intervient de longue date (depuis 2002) en Afghanistan. Elle intervient en milieu rural et en milieu urbain, à Kaboul particulièrement.

La restitution cette semaine de l’évaluation du projet du GERES soutenu par l’AFD et visant à l’amélioration de l’efficience énergétique dans l’habitat a confirmé la pertinence de l’action et la forte appropriation par les différents acteurs de la filière. Elle a montré l’intérêt de tous les acteurs institutionnels concernés : Municipalité de Kaboul, Ministères de l’Energie et de l’Eau, de l’Economie et Ministère de la Santé, et de toutes les agences qui comptent sur ce dossier maitrise énergie/environnement. Enfin la grande mobilisation de la communauté internationale prouve la parfaite intégration de cette action dans un agenda international (COOP 21, SE4LL, Habitat 3) qui met au cœur de ses préoccupations les questions Energie/changement climatique & Energie/Habitat.

Bien qu’ambitieux le triple objectif d’amélioration des conditions de vie de la population, de développement économique d’une nouvelle filière et d’impacts positifs sur l’environnement est en passe d’être atteint.

Les impacts sociaux sont indéniables : l’augmentation de la température intérieure de 10% en moyenne et la création d’une nouvelle pièce à vivre ont des effets reconnus sur la santé et sur l’éducation des enfants tandis que la réduction d’environ 30% de la consommation de combustibles permet aux ménages de réduire son budget énergie.

D’un point de vue économique, l’émergence du marché facilitée par des démonstrations et une mécanisme financier incitatif est acté : 3000 maisons ont été équipées correspondant à un chiffre d’affaire de la filière de presque 1 million d’Euros dont un peu plus de la moitié provenant des clients eux-mêmes. Des artisans petits entrepreneurs de Kaboul ont été formés, génèrent des revenus supplémentaires grâce à cette nouvelle activité et se sont récemment organisés en collectif.

Les chiffres sont parlants pour ce qui est de l’enjeu environnemental : 2000 tonnes tCO2e/an économisées correspondant à 500 000 litres de pétrole ou 30 000 arbres en croissance pendant 10 ans.

Mais la fin de ce projet ne signifie pas la fin de l’action. Le GERES habitué à s’engager dans la continuité a bien identifié les challenges à relever pour la suite qui devront permettre de passer à l’échelle et d’assurer la pérennité de la filière. Il s’agit d’étendre l’action à d’autres districts de Kaboul afin de répondre à une demande clairement exprimée par la population, de faciliter la mise en place de nouveaux mécanismes financiers, en lien notamment avec les acteurs de la microfinance et de continuer à renforcer les acteurs locaux, association d’artisans mais également les autorités locales qui ont un rôle clef à jouer dans l’action.

Les enjeux sont forts et la pertinence d’une suite à cette action ne fait pas de doute.

Publié le 04/05/2015

haut de la page