Le journaliste et écrivain Jean-Pierre Perrin anime une conférence à la Résidence de France. [fa]

Le journaliste à Libération et écrivain français Jean-Pierre Perrin a récemment effectué une visite en Afghanistan. A cette occasion, A cette occasion, il a animé plusieurs conférences, notamment à l’université de Kaboul (Afghan Center), et rencontré de nombreuses personnalités afghanes. Il a également effectué une présentation à la Résidence de France, le 8 mai dernier, dans le cadre du cycle de conférences « Les Samedis de Kaboul ».

Cette conférence était intitulée : « Alexandre le Grand en Bactriane ». Jean-Pierre Perrin y est revenu sur l’épopée d’Alexandre le Grand en Perse et dans une partie de ce qui deviendra l’Afghanistan moderne : la Bactriane.

JPEG

En Afghanistan, on ne cesse de croiser Iskander, alias Alexandre le Grand. Non que l’on sache précisément quel itinéraire le roi de Macédoine emprunta, mais les Afghans ne doutent jamais que le chemin qu’il suivit passe ici ou là. A les entendre, on croirait encore fraîche la piste du conquérant. Et quand on hésite entre deux routes, il est recommandé de choisir celle qu’il est supposé avoir prise.

Parti de Macédoine à la conquête de l’Asie, au IVe siècle avant J.-C., le conquérant de l’Empire perse a entrepris un détour par l’Asie centrale pour une expédition punitive contre le rebelle Bessus, qui préfigure la traque de Ben Laden par les Américains. Comme l’armée américaine, lorsqu’elle traquait Oussama ben Laden en octobre 2001, Alexandre est entré dans l’actuel Afghanistan à la poursuite d’un fugitif du nom de Bessus. Les forces du Macédonien rassemblent alors quelque 50 000 hommes, dont 32 000 fantassins et 5 500 cavaliers, mais l’Afghanistan est un casse-tête pour la logistique des armées. Bessus, le rebelle qu’Alexandre traque sans répit au point de se détourner de sa marche vers les Indes, est le satrape de Bactriane, un « seigneur de guerre », dirait-on aujourd’hui, qui règne sur cette province limitrophe de l’Empire perse, dans le nord-est de l’Afghanistan actuel.

A l’heure où s’engage la poursuite, Alexandre se trouve loin de la Bactriane. En octobre 330, après avoir fondé à Hérat une Alexandrie (une ville qui porte son nom), il crée l’Alexandrie d’Arachosie, qui deviendra Kandahar - d’Iskander, son prénom persan. Deux mille trois cents ans plus tard, la cité porte toujours le nom de son créateur. Il faudra encore deux mois au conquérant pour atteindre Kaboul, alors un simple village. Auparavant, il tient un discours étonnant à Hecatompyles (Shahr-e Qumis en perse), dans le nord de l’Iran, où fut découvert le corps de Darius III. Et il fait du George W. Bush avant l’heure en insistant sur le péril que Bessus représenterait pour la civilisation s’il n’était mis hors d’état de nuire. La guerre va changer de nature. Ce n’est plus le choc de deux impérialismes. C’est une grande armée contre des bandes. C’est la découverte de la guérilla. On y use des forces considérables, on les épuise contre de petits groupes insaisissables. C’est déjà la guerre asymétrique…

JPEG

Spécialiste du Proche et du Moyen-Orient, Jean-Pierre Perrin est grand reporteur à "Libération". En près de 40 ans, il a couvert la guerre soviéto-afghane, la révolution iranienne, le sanglant conflit Irak-Iran, la chute de Saddam HUSSEIN à Bagdad, l’espoir souvent déçu des "printemps arabes" et l’interminable hiver syrien. Jean-Pierre PERRIN, pourtant, n’a jamais été considéré par ses pairs comme un "chien de guerre" seulement attaché à la cruauté des faits. Ce journaliste du chaos est réputé pour son calme, pour l’attention portée aux êtres humains qu’il rencontre, pour la précision de son vocabulaire, la qualité de son écriture "descriptive" et pour sa fidélité en amitié.

Jean-Pierre Perrin a publié une quinzaine de livres, dont Massoud, des russes aux talibans : 20 ans de résistance afghane (Éditions Quais de Seine, 2001 / Photographies de Reza Deghati, légendées par Rachel Deghati / Textes de Jean-Pierre Perrin - Ouvrage sous la direction de Rodolphe Baudeau) et Jours de poussière : choses vues en Afghanistan (Éditions de la Table ronde, 2002 - Grand prix des lectrices de Elle 2003).

Publié le 12/05/2016

haut de la page