Minute de silence à la mémoire des victimes de l’attentat de Nice. [fa]

A la demande du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, une minute de silence et de recueillement à la mémoire des victimes de l’attaque terroriste survenue à Nice dans la nuit du 14 au 15 juillet a été organisée le 18 juillet au sein de l’ambassade de France.

JPEG

Une partie significative de la communauté française de Kaboul a participé à cette minute de silence et de recueillement, aux côtés de l’ensemble des agents de l’ambassade.

Dans une brève allocution, l’ambassadeur François Richier a exprimé la solidarité des personnels de l’ambassade et de la communauté française avec les victimes et leurs proches. Il a rappelé la détermination de la France à lutter avec force et sang-froid, dans l’unité et la cohésion, contre ceux qui l’attaquent et qu’elle frappera en retour jusque dans leurs repaires. L’ambassadeur a souligné que rien ne nous fera céder et que nous vaincrons, car nous sommes la France rassemblée, avant de remercier les autorités afghanes et nos alliés pour leur soutien renouvelé en ces circonstances difficiles.

JPEG

De nombreux ambassadeurs et représentants de la communauté diplomatique, notamment de pays qui ont eu à déplorer parmi leurs ressortissants des morts ou des blessés lors de l’attaque de Nice, étaient également présents afin de se recueillir à la mémoire des victimes. Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies s’est exprimé au nom de la communauté diplomatique et a souligné la nécessité de faire front commun face au terrorisme, dont la violence aveugle ne saurait être pardonnée ni même justifiée.

JPEG

Des représentants du Gouvernement afghan, ainsi que le Gouverneur de Kaboul, M. Hamed Akram, ont également tenu à participer à cette minute de silence. A cette occasion, le Dr Naser Ahmad Andisha, vice-ministre des Affaires étrangères, a présenté les condoléances de l’ensemble des autorités afghanes et a réitéré celles que le président Ashraf Ghani avait précédemment adressées à l’ambassadeur de France, François Richier.

JPEG

Cette cérémonie s’est conclue sur une Marseillaise chantée par les participants. La charge émotionnelle de l’hymne national a résonné tout particulièrement dans le contexte du deuil national de trois jours qui a été décrété par le Président de la République.

Publié le 18/07/2016

haut de la page