Numéro spécial du CELAAN : tentez de participer !

« J’écris. Des livres. J’écris la violence du silence imposé, de l’exil, de la division, j’écris la terre de mon père colonisée, maltraitée (aujourd’hui encore), déportée sauvagement, je l’écris dans la langue de ma mère. C’est ainsi que je peux vivre, dans la fiction, fille de mon père et de ma mère. Je trace mes routes algériennes dans la France » (L’arabe comme un chant secret, Bleu Autour 2010)

Leïla Sebbar, romancière, nouvelliste, essayiste, a publié dans les quarante années passées, un nombre important de textes variés : romans, essais, récits. Elle est née d’un père algérien et d’une mère française, et ne parle pas la langue de son père, thème qui parcourt son oeuvre et tisse autour de la langue de nombreuses problématiques.

Ses écrits recomposent des fragments de mémoire, des déchirures du genre, des lambeaux d’exil. Elle s’est ainsi employée à recoudre les deux rives de la Méditerranée, tout en faisant entendre d’autres voix que la sienne dans bon nombre d’ouvrages collectifs qu’elle a dirigés. ( Mes Algéries en France, Enfance juive en Méditerranée musulmane…pour ne citer que ceux-ci)

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos textes en français ou en anglais de 10 à 12 pages, double interligne, modèle MLA, avant le 1er mars, 2015 pour ce numéro spécial qui se veut éclectique et transdisciplinaire. A envoyer à : ikumer[at]unis.org

Quelques pistes de travail qui ne se veulent pas exhaustives :

La question de la langue arabe
Orient/occident
La guerre d’Algérie
La poétique de l’exil
Histoire et mémoire
L’étranger, le métissage
Femmes/Jeunes filles du Maghreb en révolte
Le rôle de l’image dans certaines de ses oeuvres
Isabelle Eberhardt dans l’oeuvre de Leila Sebbar

Publié le 07/08/2014

haut de la page