Portrait : un officier afghan aux écoles militaires de Saumur.

Ancien élève du Lycée Esteqlal, le capitaine A. est affecté à KMTC en qualité d’instructeur en topographie. Après avoir réalisé ses études supérieures à l’académie militaire afghane, il a suivi en France le cours des futurs commandants d’unité à l’école d’application de l’infanterie. Aux regards des très bons résultats qu’il y a obtenus, il a été retenu cette année pour compléter sa formation à l’école d’état-major à Saumur. Avec ses camarades français, il y étudie les techniques d’état-major, la tactique du niveau de la brigade interarmes, et perfectionne son niveau de français ainsi que sa culture militaire.

Le capitaine A. dans la cour d'honneur de la vieille école.
Le capitaine A. présente la manœuvre en cours.
En charge des opérations « 3ème dimension » lors d'un exercice tactique.
Devant un char d'assaut LECLERC.
En conférence.

« Dans le même esprit que la mission EPIDOTE ou les OMLT ( "Operational Mentoring Liaison Team") qui ont contribué à la reconstruction des forces de sécurité afghanes en jouant un rôle très important dans la formation de l’ANA, j’ai eu moi-même la chance d’être formé au plan tactique par l’armée française, mais directement en France au sein de l’école d’infanterie puis de l’école d’état-major. Outre l’expérience professionnelle, je retiendrai la richesse des sorties culturelles qui ont été organisées pour les stagiaires étrangers et l’accueil très chaleureux qui m’a été fait. »
Comme le capitaine A., une vingt aine d’officiers afghans ont suivi en 2014 un cours de formation dans une école militaire française. Dans le cadre de la coopération militaire formalisée par le traité d’amitié franco-afghan, la France continue d’accompagner l’armée nationale afghane vers l’autonomie. Des militaires français en poste à l’ambassade conduisent ainsi des missions de conseil au sein du ministère de la défense afghan, de l’école de guerre, et des écoles de formation.

Publié le 13/12/2014

haut de la page