Visite au cimetière britannique de Kaboul

L’Ambassadeur de France a visité le 27 juillet le cimetière britannique de Kaboul. Il y a été accueilli par l’Attaché de défense de l’Ambassade du Royaume-Uni.

Niché dans le centre-ville de la capitale, et protégé par la colline "Bibi Mahro", le cimetière britannique se cache derrière une muraille dont la seule ouverture est un huis en bois qui daterait de 1879, date à laquelle le site a été acquis par les Britanniques.

En septembre de cette année-là, suite au soulèvement de Kaboul qui se solda par la mort du consul britannique (Sir Pierre Cavagnari) et de ses collaborateurs, le général Roberts et une partie du corps expéditionnaire rentra dans la capitale afghane et s’installa dans le campement de Sherpur, un lieu alors à l’écart de la ville.

De cette période date la location du cimetière britannique dans ce qui est devenu depuis le quartier de Sherpur, au Nord Ouest du centre-ville. Il accueille 184 tombes de ressortissants de 18 nationalités différentes, entre autres : russe, australienne, chinoise, américaine, allemande, indienne et bien sûr britannique. En outre, 12 Français y reposent en paix dont Adrien FLAHAUT (1890 – 1936), mécanicien de la délégation archéologique française en Afghanistan, et Bettina GOISLARD (1974-2003), chevalier de la Légion d’honneur, agent du Haut commissariat pour les réfugiés des Nations unies qui a perdu la vie dans un attentat à Ghazni.

Beaucoup d’Afghans connaissent ce lieu sous le nom de « cimetière des chrétiens » car en 1937 le gouvernement britannique donna son accord pour que tout chrétien qui le souhaitait puisse y être enterré. Plus récemment, ce site particulier est devenu un lieu de commémoration en hommage aux soldats britanniques et canadiens appartenant à la Coalition (FIAS/ISAF) et tombés ces dernières années dans tout le pays, ou encore en mémoire des Sud-africains qui ont perdu la vie en Afghanistan.

Il est, enfin, à relever que le nom de 8 soldats français morts au combat apparaît sur deux plaques.

C’est dans ce contexte que l’Ambassade de France souhaite contribuer à faire vivre ce lieu de mémoire et d’histoire.

ci-après : l’Attaché de défense britannique explique à l’Ambassadeur de France la disposition du cimetière

Au cimetière britannique - PNG

Publié le 14/08/2013

haut de la page