Visite du ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et des forêts, M Stéphane Le Foll, par une délégation de hauts fonctionnaires afghans en présence du Chargé d’affaires de l’ambassade d’Afghanistan en France.

Une délégation composée de 8 vice-gouverneurs et du Directeur adjoint de l’ « Independant directorat for local governance » (IDLG) a été reçue par le ministre français de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et des forêts, M Stéphane Le Foll le 22 octobre à Paris. Ces hauts fonctionnaires afghans étaient en formation en France dans le cadre d’un programme développé par l’Ambassade de France en partenariat avec l’Ecole nationale d’administration (ENA) et le ministère de l’Intérieur français. Durant ce stage, une période de 15 jours en Préfecture leur permet d’observer les réalités concrètes de la gestion du territoire en France dans des Préfectures spécialement choisies pour l’importance de la ruralité sur leur territoire. Rappelons qu’en Afghanistan, l’agriculture compte encore pour 80% du PNB.
Le ministre s’est félicité de cette coopération qu’il juge d’autant plus utile qu’elle permet notamment à ces responsables territoriaux afghans de découvrir les réalités agricoles et agro-alimentaires en France. Il a saisi cette occasion pour rappeler l’importance de l’effort français en faveur de l’Afghanistan et la place prépondérante qu’y occupe la coopération en matière agricole ( horticulture, apiculture, élevage, coton...).
A l’écoute de ses visiteurs, le Ministre a pu entendre l’intérêt porté par la délégation pour le modèle des chambres d’agriculture qui n’existent pas en Afghanistan. Il s’est proposé de mobiliser l’Assemblée permanente des chambres d’agricultures (APCA) pour étudier la possibilité de les développer dans ce pays. Il a également souhaité que la coopération française dans ce secteur puisse être reformulée sur la base des projets et programmes déjà engagés dans le cadre d’un plan à 5 ans qui en fixerait les objectifs stratégiques et les principales actions à mettre en œuvre.
Le directeur adjoint de l’IDLG et le chargé d’affaires ont remercié la France pour son soutien. Ils ont notamment insisté sur l’importance de la formation des vice-gouverneurs qui jouit d’un très fort crédit à Kaboul depuis ses débuts en 2012. Une appréciation renforcée par les stagiaires qui ont tous souligné leur très grande satisfaction à l’issue de ces 4 semaines en France, en préfecture et à l’ENA.

Publié le 08/11/2015

haut de la page